Le planning des repas: qu’est ce qu’on mange ce soir?

24 septembre 2019 0 Par Maryse
Le planning des repas: qu’est ce qu’on mange ce soir?

  organisation des menus
Voila un sujet qui nous a (un peu) rendu dingue avant de nous faire économiser du temps et de l’argent!

Il y a maintenant quelques années (le temps file!) je faisais les courses comme beaucoup de monde dans les grandes surfaces. Un peu « au bonheur la chance », « au doigt mouillé », bref suivant les promo ou l’inspiration du moment.
Ce qui donnait des repas pas vraiment équilibrés sur la semaine.
Et la plupart du temps j’achetais trop (la peur de manquer vous connaissez? et pourtant je n’ai pas fait la guerre contrairement à mes grands parents. C’est certainement de là que me vient cette peur mais c’est un autre sujet 😉 ).
Bref…une partie de la nourriture finissait à la poubelle. 🙁
Et..le soir c’était le gros casse tête : on mange quoi se soir? On a quoi dans les placard/le frigo? Etc. Le temps de se décider, de préparer et de dîner, on se couchait à des heures impossibles.
Faisable quand on est seul ou en couple, mais hyper stressant quand on a des enfants que l’on doit coucher tôt.

Nous avons réglé ces problèmes grâces à deux « outils » : un semainier de repas (que j’ai fabriquer moi même de mes petites mains 🙂 c’est un prototype 😉 ) et …le drive!
Semainier repas

Souvent on s’y colle le dimanche soir une fois les enfants couchés, ou juste avant le repas. On prend notre super organisateur de repas avec ses petits fiches et on décide de ce qu’on veut manger dans la semaine.

fiches repas                             Petite étiquette nuggets???? oui mais fait maison 😉

En prévoyant : un repas « oeuf », un « poisson », un « cochon » (jambon ou lardon), une soupe, un « pâtes », un soir « gras » (pizza, crêpes, hamburger) et une soirée « reste ».
Le week end on se laissait un peu plus de liberté avec « poulet » ou « boeuf ».

Depuis quelques temps je me rends compte:
-qu’on mange de moins en moins de viande (sujet d’un prochain article!)
-qu’on devient un peu « rigide » sur les repas de la semaine lol

liste des repas

Genre:
– le samedi on ne fixe rien, on décide la veille ou le jour même si nous avons une envie particulière. C’est souvent un jour avec un repas de viande (boeuf)
– dimanche midi c’est poulet frites. Le soir c’est des restes.
– lundi : poisson
– mardi: soupe ou repas végétarien
– mercredi: le midi c’est « salade de papa » (papa-mari qui officie) et le soir « gras » avec crêpes, gaufres ou croque monsieur.
– jeudi : le soir des oeufs. Cocotte si on a le temps, sinon dur/omelette/au plat/…
– vendredi : depuis quelques semaines c’est le presque-ado qui s’y colle et nous réalise une pizza avec ce qu’il trouve dans le frigo.

Petit aparté éducation :
Si cette habitude a été difficile à mettre en place (je reviendrais sûrement dessus un jour) depuis il est tellement fière de lui, et content de manger de la pizza, qu’il est hors de question qu’il laisse sa place aux fourneaux. C’est super valorisant pour lui…et très agréable pour nous de finir la semaine avec un peu moins de boulot!! lol
Fin de l’aparté 🙂
 
Il y a des légumes à chaque repas : soit en accompagnement, soit en entrée.
Du coup c’est suffisamment cadré pour qu’on ne perde pas de temps à ce demander ce qu’on mange, et ça nous laisse quand même assez de liberté pour ne pas manger toutes les semaines la même chose.

Une fois les repas décidés, je m’installe devant le pc et je fais mes courses.

faire ses courses à la maison
Grâce au planning je sais de quoi j’ai besoin pour la semaine, papa-mari vérifie en direct dans les placards ce qu’il manque.
On achète que ce dont on a besoin, pas plus = plus de gâchis.

Alors c’est vrai, passer par le drive doit être un peu plus cher. Mais au final j’économise mon temps, mon essence et je dépense moins : pas d’achat compulsif, pas de tentation par les pseudo promo, pas de petits tour dans les rayons « bricoles » ou jouets ou vêtement. Et comme je peux filtrer, j’ai tout de suite les produits les moins chers sans avoir à comparer pendant des heures.
budget course drive

Par contre je n’achète ni viande ni fruits ni légumes ainsi.
Nous avons la chance d’avoir un bon boucher à proximité, à côté d’une bonne boulangerie. D’une pierre deux coups, le samedi matin.
Et un vendeur de fruits et légumes un peu plus loin, pas plus cher, voir moins qu’une grande surface. Et de meilleur qualité.
Au final je passe autant de temps qu’avant à faire les courses.

Il nous manque un bon fromager dans le coin. Il y en a au marché du dimanche matin. Mais c’est à une dizaine de km et nous n’y allons pas souvent.
Et pour le poissonnier jusque là j’achetais du surgelé. On a un camion qui passe le vendredi matin dans notre rue (un luxe!) j’aimerai tester. Faut juste que je sorte de ma bulle (pas si simple!! lol)

Donc depuis plus d’un an on a changé nos habitudes de course (sans parler du fait maison). Au niveau budget on est sensiblement identique. On achète moins en quantité, mais beaucoup mieux au niveau qualité.

Petit aparté « qualité alimentaire » (oui j’adore les apartés!! lol) :
J’étais persuadée avant que je n’avais aucun palais, aucun goût. Je me rend compte aujourd’hui que la nourriture de grande surface est surtout assez…insipide. Souvent trop salé ou trop sucrée, pleine d’exhausteurs de goût qui faussent notre palais et notre appétit, et de goût assez « neutre » pour plaire – et donc vendre – au plus grand nombre. Il y a plein de chose aujourd’hui qui m’écœure ou que je trouve vraiment sans intérêt alors que ça faisait partie de mon panier hebdomadaire avant (et ça sera aussi le sujet de nombreux articles à venir 😉 )
Je n’ai aucune envie de revenir à mes anciennes habitudes, même si elles peuvent représenter la facilité! Et le reste de la famille non plus (même si les garçons se passeraient volontiers de la soirée soupe maison, surtout quand leur mère obtient des résultats assez aléatoires à ses tests!! lol)
Fin de l’aparté 🙂

Le plus difficile dans tout ça, a été, une fois encore, de réfléchir, de sortir du mode « pilotage automatique », de se remettre en question (accepter qu’on peut s’être trompé, sans pour autant être nulle 😉 ) et de changer nos habitudes. Au début ça a été – forcément – un peu laborieux, il a fallu trouver de nouveaux repaires et un nouvel équilibre. Et finalement une fois qu’on (re)trouve le rythme, ça roule et on est tellement content 🙂

Et vous c’est quoi vos petites habitudes culinaires ?
Et celles que vous aimeriez changer?